Wildaf-Togo et Konrad Adenauer ensemble pour l’accès de la femme au foncier

Considérées comme les exclues dans la succession, selon une étude de la fondation Konrad Adenauer réalisée en 2016, environ 27,7% de femmes togolaises héritent de la terre contre plus de 78% chez les hommes. Une situation préoccupante surtout en milieu rural. Pour équilibrer la tendance, le Wildaf-Togo organise depuis ce mardi un séminaire d’informations de deux jours à Lomé sur le genre et le foncier.

Placé sous le thème, “Engagement des acteurs concernés pour l’effectivité du droit de la femme à la terre au Togo”, ce séminaire vise à informer sur le genre et le foncier d’une part et d’amener les différents acteurs à prendre des engagements pour l’effectivité de ce droit d’autre part.

Selon Mme Bernadette Dadjo Balé, présidente du Wildaf-Togo, des dispositions légales existent mais dans la réalité, leurs applications sont difficiles. Parmi ces dispositions légales, précise Mme Dadjo, on retrouve le code de la famille, le nouveau code pénal, les conventions et traités internationaux auxquels le Togo fait partie.

Pour sa part, Maurice Gblédzro, coordonnateur de la fondation Konrad Adenauer, il est important de revoir la gouvernance foncière au Togo pour trouver une solution adéquate à l’insécurité foncière dont sont victimes les femmes. La Fondation Konrad Adenauer a-t-il rassuré, est engagé aux côtés des différents acteurs pour arriver à un changement de mentalité.

Si les réalités liées à l’insécurité foncière semblent les mêmes d’une localité à l’autre, il existe néanmoins des acteurs exemplaires qui promeuvent le droit des femmes dans la succession. C’est le cas du chef canton  d’Afagnan, une localité située à environ 65 km au sud-est de Lomé. Dans cette localité, donner l’héritage à la femme est un tabou.

Le gouvernement à travers le ministère en charge de l’urbanisme prend à cœur l’accès des femmes au foncier car il contribue à l’autonomisation foncière et à la sécurité alimentaire. Dans le nouveau code des personnes et de la famille, le problème de succession est pris en compte.

Précisons que cette formation a bénéficié de l’appui technique et financier de la Fondation Konrad Adenauer.

Pour information, Wanep-Togo est un réseau d’associations et d’ONGs de promotion des droits de la femme.

Anderson AKUE

Related Topics
Auteur
Par
@
Related Posts

In The News

Association FRALOM

Association FRALOM

Catégories

Actu Video

météo
Samedi
28° 23°
17 km/h
Humidité:85%
Niege:4600m.
Pression:1014mb
Dimanche
29° 23°
18 km/h
Humidité:86%
Niege:4600m.
Pression:1013mb
Lundi
28° 24°
19 km/h
Humidité:86%
Niege:4600m.
Pression:1012mb
tiempo.com   +info

Association FRALOM

Association FRALOM

Catégories

Actu Video

météo
Samedi
28° 23°
17 km/h
Humidité:85%
Niege:4600m.
Pression:1014mb
Dimanche
29° 23°
18 km/h
Humidité:86%
Niege:4600m.
Pression:1013mb
Lundi
28° 24°
19 km/h
Humidité:86%
Niege:4600m.
Pression:1012mb
tiempo.com   +info

Wildaf-Togo et Konrad Adenauer ensemble pour l’accès de la femme au foncier

6th septembre, 2017

Considérées comme les exclues dans la succession, selon une étude de la fondation Konrad Adenauer réalisée en 2016, environ 27,7% de femmes togolaises héritent de la terre contre plus de 78% chez les hommes. Une situation préoccupante surtout en milieu rural. Pour équilibrer la tendance, le Wildaf-Togo organise depuis ce mardi un séminaire d’informations de deux jours à Lomé sur le genre et le foncier.

Placé sous le thème, “Engagement des acteurs concernés pour l’effectivité du droit de la femme à la terre au Togo”, ce séminaire vise à informer sur le genre et le foncier d’une part et d’amener les différents acteurs à prendre des engagements pour l’effectivité de ce droit d’autre part.

Selon Mme Bernadette Dadjo Balé, présidente du Wildaf-Togo, des dispositions légales existent mais dans la réalité, leurs applications sont difficiles. Parmi ces dispositions légales, précise Mme Dadjo, on retrouve le code de la famille, le nouveau code pénal, les conventions et traités internationaux auxquels le Togo fait partie.

Pour sa part, Maurice Gblédzro, coordonnateur de la fondation Konrad Adenauer, il est important de revoir la gouvernance foncière au Togo pour trouver une solution adéquate à l’insécurité foncière dont sont victimes les femmes. La Fondation Konrad Adenauer a-t-il rassuré, est engagé aux côtés des différents acteurs pour arriver à un changement de mentalité.

Si les réalités liées à l’insécurité foncière semblent les mêmes d’une localité à l’autre, il existe néanmoins des acteurs exemplaires qui promeuvent le droit des femmes dans la succession. C’est le cas du chef canton  d’Afagnan, une localité située à environ 65 km au sud-est de Lomé. Dans cette localité, donner l’héritage à la femme est un tabou.

Le gouvernement à travers le ministère en charge de l’urbanisme prend à cœur l’accès des femmes au foncier car il contribue à l’autonomisation foncière et à la sécurité alimentaire. Dans le nouveau code des personnes et de la famille, le problème de succession est pris en compte.

Précisons que cette formation a bénéficié de l’appui technique et financier de la Fondation Konrad Adenauer.

Pour information, Wanep-Togo est un réseau d’associations et d’ONGs de promotion des droits de la femme.

Anderson AKUE

By
@
Aller à la barre d’outils
backtotop