Des progrès sensibles dans la riposte au VIH/SIDA

Les nouvelles infections VIH/SIDA enregistrent une baisse de plus de 70% dans la population générale, selon les données rendues publiques jeudi par le Conseil national de lutte contre sida (CNLS) lors de la revue annuelle des activités du VIH/SIDA à Lomé. Les chiffres concernent la période 2015-2016.

Le taux de transmission du VIH chez les enfants est estimé à 6,5% contre 8,5% en 2015, l’objectif d’élimination est de parvenir à 2% en 2020.

80% des femmes enceintes sont dépistées et neuf (09) femmes séropositives sur 10 (90%) reçoivent des traitements ARV.

50% des PVVIH sont traitées par antirétroviraux avec pour incidence la baisse de la mortalité à environ 40% en 4 ans.

La prévalence reste élevée chez les femmes 3,1% contre 1,7% chez les hommes. Cette prévalence est plus élevée dans les zones urbaines que rurales.

Pour le coordonnateur du Secrétariat Permanant SP/CNLST-IST, Pr Vincent Pitché, le Togo dispose depuis 2012 d’une politique nationale de lutte contre le sida : vision 2020. Elle ambitionne d’arriver à une génération sans Sida.

Et pour y parvenir, il faut collectivement accélérer la mise en œuvre des interventions à haut impact pour la population, précise Pr Badjona Sognè, conseiller Santé du Président de la République. Il a exhorté les acteurs à une excellente coordination et la production des rapports d’activités afin de s’assurer que les objectifs fixés sont atteints ou pas.

Pour information, depuis cinq ans le CNLS produit un rapport programmatif annuel pour apprécier la performance des politiques. En moyenne 10 milliards de francs CFA sont dépensés par an pour la riposte au VIH/SIDA. Mais compte tenu des enjeux, cette enveloppe mérite d’être revue à la hausse.

Anderson AKUE

Auteur
Par
@

In The News

Actu Video

Actu Video

Des progrès sensibles dans la riposte au VIH/SIDA

6th juillet, 2017

Les nouvelles infections VIH/SIDA enregistrent une baisse de plus de 70% dans la population générale, selon les données rendues publiques jeudi par le Conseil national de lutte contre sida (CNLS) lors de la revue annuelle des activités du VIH/SIDA à Lomé. Les chiffres concernent la période 2015-2016.

Le taux de transmission du VIH chez les enfants est estimé à 6,5% contre 8,5% en 2015, l’objectif d’élimination est de parvenir à 2% en 2020.

80% des femmes enceintes sont dépistées et neuf (09) femmes séropositives sur 10 (90%) reçoivent des traitements ARV.

50% des PVVIH sont traitées par antirétroviraux avec pour incidence la baisse de la mortalité à environ 40% en 4 ans.

La prévalence reste élevée chez les femmes 3,1% contre 1,7% chez les hommes. Cette prévalence est plus élevée dans les zones urbaines que rurales.

Pour le coordonnateur du Secrétariat Permanant SP/CNLST-IST, Pr Vincent Pitché, le Togo dispose depuis 2012 d’une politique nationale de lutte contre le sida : vision 2020. Elle ambitionne d’arriver à une génération sans Sida.

Et pour y parvenir, il faut collectivement accélérer la mise en œuvre des interventions à haut impact pour la population, précise Pr Badjona Sognè, conseiller Santé du Président de la République. Il a exhorté les acteurs à une excellente coordination et la production des rapports d’activités afin de s’assurer que les objectifs fixés sont atteints ou pas.

Pour information, depuis cinq ans le CNLS produit un rapport programmatif annuel pour apprécier la performance des politiques. En moyenne 10 milliards de francs CFA sont dépensés par an pour la riposte au VIH/SIDA. Mais compte tenu des enjeux, cette enveloppe mérite d’être revue à la hausse.

Anderson AKUE

By
@
Aller à la barre d’outils
backtotop