Fin de la tournée du HCRRUN à Bè

La délégation du HCRRUN a achevé sa tournée de sensibilisation sur le programme de réparations mardi et mercredi à Bè, quartier réputé chaud de Lomé. Tout comme dans les autres localités visitées, l’objectif reste le même, expliquer aux populations le processus de réparation que l’institution est chargé de mettre en œuvre.

Rencontre dans une ambiance explosive

Mardi, la délégation du HCRRUN a rencontré les gardiens des us et coutumes du canton de Bè, les autorités locales et plusieurs personnes venues écouter le contenu du message à eux adressé. Tout avait bien commencé dans une ambiance sereine avec les exposés des personnes ressources sur la justice transitionnelle, le processus de réparation. Au cours de la séquence des questions réponses, la tension est montée d’un cran. Les participants ont rappelé les violences qu’elles ont subies qui sont entre autres le décès ou disparition des parents, les coups et blessures, les expropriations et divers autres dommages.

Pour Azianyon Kodjo, les indemnisations sont un préalable, mais pas pour des indemnisations symboliques car les évènements de 2005 l’ont rendu malade jusqu’à ce jour. Il souhaite qu’on me prenne totalement en charge.

Un autre intervenant déclare que depuis 2005 son fils a été tué et déposé à la morgue de Lomé, sauf qu’il n’a pas revu son corps depuis lors. Selon lui, le corps a été inhumé quelque part, sans que l’on sache l’endroit. Ainsi, il demande au HCRRUN de l’éclairer sur ce point.

D’autres intervenants ont exigé que les bourreaux reconnaissent leur tord avant de parler d’une quelconque réconciliation. D’autres par contre, estiment que la réussite du processus de la réconciliation passe d’abord par les réformes et l’alternance au sommet de l’Etat.

Avis que ne partage pas une participante qui plaide pour le pardon sans condition bien qu’elle ait été victime de violation en 2005. Selon elle, la haine ne nous fait pas du bien. Il n’y a que le pardon qui devrait compter maintenant.

En réponse à ces interventions, la présidente du HCRRUN, les personnes ressources et le président de la délégation spéciale de la ville de Lomé ont su trouver les mots pour apaiser les cœurs meurtris.  “Nous avons compris vos douleurs et vos souffrances. Nous y travaillerons, a conclu Awa NANA DABOYA, visiblement émue par tous les témoignages entendus pendant cette séance d’explication à Bè.

La prestation de l’artiste en herbe MC Momo, bien connu dans le milieu pendant des réjouissances populaires, a su à travers son morceau “Appel à la réconciliation” faire baisser la tension. Une prestation où alternent l’humour et la conscientisation.

Précisons que ce sont les populations des 5 arrondissements de la commune de Lomé qui ont été conviées pour écouter les explications de la délégation du HCRRUN. La présidente Mme Awa Nana-Daboya étaient accompagnée des personnes ressources et le président de la délégation spéciale de la ville de Lomé, Fogan Adegnon, un natif de Bè.

La phase finale

Le clap de fin de la tournée initiée par le HCRRUN sur le programme de réparation a été constaté ce mercredi 31 mai 2017 au Centre communautaire de Bè à Lomé, lors de l’ultime rencontre avec les groupes de femmes, des syndicats, des jeunes, des religieux et des partis politiques.

Cette séance a une fois de plus permis à la présidente du HCRRUN Mme Awa Nana Daboya et sa suite d’expliquer le programme de réparation et surtout, le processus d’indemnisation et l’impérieuse nécessité d’aller au pardon.

La séance de questions et réponses a été l’une des plus passionnantes depuis le début de cette tournée, les douloureux souvenirs ayant refaits surface dans ce quartier de Bè où les violences ont été récurrentes. Le pardon oui, mais il faut qu’on nous montre ceux qui nous ont fait endurer ces souffrances et qu’ils viennent demander pardon. C’est seulement après ça que nous parlerons de pardon et de réconciliation, a dit un intervenant. D’autres préoccupations ont porté sur la possibilité de nouvelles dépositions, les problèmes de foncier, le rapatriement des restes mortuaires de Sylvanus Olympio, premier Président du Togo,  les indemnisations des victimes de la période antérieure à 2005.

La présidente du HCRRUN et les personnes ressources du HCRRUN ainsi que le président de la délégation spéciale M. Fogan ADEGNON en sa qualité de fils de Bè, ont dû user de tact, de paroles d’amour et surtout de message de pardon pour calmer les ardeurs et les rancœurs de ceux qui participaient à cette rencontre.

Les rideaux sont donc tombés sur cette phase d’explication sur le programme de réparation. Place maintenant à la purification et aux indemnisations proprement dites.

Anderson AKUE

Related Topics
Auteur
Par
@
Related Posts

In The News

Actu Video

Actu Video

Fin de la tournée du HCRRUN à Bè

31st mai, 2017

La délégation du HCRRUN a achevé sa tournée de sensibilisation sur le programme de réparations mardi et mercredi à Bè, quartier réputé chaud de Lomé. Tout comme dans les autres localités visitées, l’objectif reste le même, expliquer aux populations le processus de réparation que l’institution est chargé de mettre en œuvre.

Rencontre dans une ambiance explosive

Mardi, la délégation du HCRRUN a rencontré les gardiens des us et coutumes du canton de Bè, les autorités locales et plusieurs personnes venues écouter le contenu du message à eux adressé. Tout avait bien commencé dans une ambiance sereine avec les exposés des personnes ressources sur la justice transitionnelle, le processus de réparation. Au cours de la séquence des questions réponses, la tension est montée d’un cran. Les participants ont rappelé les violences qu’elles ont subies qui sont entre autres le décès ou disparition des parents, les coups et blessures, les expropriations et divers autres dommages.

Pour Azianyon Kodjo, les indemnisations sont un préalable, mais pas pour des indemnisations symboliques car les évènements de 2005 l’ont rendu malade jusqu’à ce jour. Il souhaite qu’on me prenne totalement en charge.

Un autre intervenant déclare que depuis 2005 son fils a été tué et déposé à la morgue de Lomé, sauf qu’il n’a pas revu son corps depuis lors. Selon lui, le corps a été inhumé quelque part, sans que l’on sache l’endroit. Ainsi, il demande au HCRRUN de l’éclairer sur ce point.

D’autres intervenants ont exigé que les bourreaux reconnaissent leur tord avant de parler d’une quelconque réconciliation. D’autres par contre, estiment que la réussite du processus de la réconciliation passe d’abord par les réformes et l’alternance au sommet de l’Etat.

Avis que ne partage pas une participante qui plaide pour le pardon sans condition bien qu’elle ait été victime de violation en 2005. Selon elle, la haine ne nous fait pas du bien. Il n’y a que le pardon qui devrait compter maintenant.

En réponse à ces interventions, la présidente du HCRRUN, les personnes ressources et le président de la délégation spéciale de la ville de Lomé ont su trouver les mots pour apaiser les cœurs meurtris.  “Nous avons compris vos douleurs et vos souffrances. Nous y travaillerons, a conclu Awa NANA DABOYA, visiblement émue par tous les témoignages entendus pendant cette séance d’explication à Bè.

La prestation de l’artiste en herbe MC Momo, bien connu dans le milieu pendant des réjouissances populaires, a su à travers son morceau “Appel à la réconciliation” faire baisser la tension. Une prestation où alternent l’humour et la conscientisation.

Précisons que ce sont les populations des 5 arrondissements de la commune de Lomé qui ont été conviées pour écouter les explications de la délégation du HCRRUN. La présidente Mme Awa Nana-Daboya étaient accompagnée des personnes ressources et le président de la délégation spéciale de la ville de Lomé, Fogan Adegnon, un natif de Bè.

La phase finale

Le clap de fin de la tournée initiée par le HCRRUN sur le programme de réparation a été constaté ce mercredi 31 mai 2017 au Centre communautaire de Bè à Lomé, lors de l’ultime rencontre avec les groupes de femmes, des syndicats, des jeunes, des religieux et des partis politiques.

Cette séance a une fois de plus permis à la présidente du HCRRUN Mme Awa Nana Daboya et sa suite d’expliquer le programme de réparation et surtout, le processus d’indemnisation et l’impérieuse nécessité d’aller au pardon.

La séance de questions et réponses a été l’une des plus passionnantes depuis le début de cette tournée, les douloureux souvenirs ayant refaits surface dans ce quartier de Bè où les violences ont été récurrentes. Le pardon oui, mais il faut qu’on nous montre ceux qui nous ont fait endurer ces souffrances et qu’ils viennent demander pardon. C’est seulement après ça que nous parlerons de pardon et de réconciliation, a dit un intervenant. D’autres préoccupations ont porté sur la possibilité de nouvelles dépositions, les problèmes de foncier, le rapatriement des restes mortuaires de Sylvanus Olympio, premier Président du Togo,  les indemnisations des victimes de la période antérieure à 2005.

La présidente du HCRRUN et les personnes ressources du HCRRUN ainsi que le président de la délégation spéciale M. Fogan ADEGNON en sa qualité de fils de Bè, ont dû user de tact, de paroles d’amour et surtout de message de pardon pour calmer les ardeurs et les rancœurs de ceux qui participaient à cette rencontre.

Les rideaux sont donc tombés sur cette phase d’explication sur le programme de réparation. Place maintenant à la purification et aux indemnisations proprement dites.

Anderson AKUE

By
@
Aller à la barre d’outils
backtotop