ECHOPPE-Togo et SODIGAZ célèbrent les mamans

L’ONG Echange pour l’organisation et de la promotion des petits entrepreneurs (ECHOPPE) en collaboration avec la Société de distribution de gaz (SODIGAZ) a célébré la fête des mères ce dimanche à Lomé à travers une séance de sensibilisation de ses membres venus de Lomé-Commune et de Tsévié. C’est une occasion d’honorer les femmes pour leur implication dans la gestion du foyer et de la société.

Vêtues de T-shirt bleu ou blanc et de pagnes à l’effigie d’Echoppe, des centaines de femmes membre de l’ONG ont pris d’assaut la plage de Lomé en face de l’hôtel de la paix, site retenu pour la célébration de cette 5ème édition de la fête des mères qu’organise Echoppe. Placée sous le thème : “Engagement des femmes d’Echoppe pour la protection de l’environnement“, cette édition se veut être la continuité des actions et initiatives de l’édition précédente dont le slogan était ” Femmes d’Echoppe, femmes dynamiques, familles épanouies”.

Plusieurs raisons sont avancées du côté de l’organisation pour expliquer la célébration de la fête des mères. D’abord, les femmes constituent la population cible d’Echoppe ; ensuite elles sont  au centre des prises de décisions dans les foyers et dans la cité d’où il est primordial de les entretenir sur la sauvegarde l’environnement ; enfin elles sont des génitrices c’est-à-dire qu’elles donnent la vie.

La représentante de la ministre de l’Action Sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation Madame Claudine  OTIMI se réjouit de cette initiative qui vise à rendre la femme plus autonome et plus épanouie.

Précisons que cette initiative d’Echoppe-Togo a séduit SODIGAZ qui n’a pas hésité depuis plus de cinq ans à s’engager dans cette idylle dont la vocation est non seulement « une femme, une bouteille de gaz » mais aussi la protection de l’environnement.

Poursuivre les efforts enregistrés

La plupart des femmes membre d’Echoppe sont des transformatrices de nourritures. Pour y arriver, elles ont besoin d’une source d’énergie. Pendant longtemps, c’est le charbon et le bois de chauffe qu’elles utilisent pour se procurer cette énergie. Mais depuis ces deux dernières années, la tendance est en train de changer de façon exponentielle.

Aujourd’hui, elles n’utilisent plus du charbon de bois mais le gaz, une façon pour elles de contribuer à la protection de l’environnement. Selon Dr Moïse Fiadjo, président du conseil d’administration d’ECHOPPE, les femmes ont compris le message de l’année dernière, c’est pourquoi nous voulons accentuer la sensibilisation cette année pour les pousser à protéger davantage l’environnement, comment gérer les ordures ménagères, comment gérer leurs lieux d’habitation, comment entretenir les rigoles qui traversent les rues pour ne pas qu’elles se bouchent ? Et comment faire à ce que les populations puissent planter des arbres pour protéger l’environnement.

Pour lui, il est nécessaire de sauvegarder ces acquis et les étendre à d’autres femmes pour que la protection de l’environnement soit une préoccupation au sein de tous les ménages.

Des bonbonnes de gaz Sodigaz seront vendues à des tarifs promotionnels dans les agences d’ECHOPPE-Togo pour permettre à celles qui n’ont pas encore leur bouteille de s’en procurer et aux autres de faire le renouvèlement.

Echoppe Togo, social et autonomisation font bon ménage

Echoppe est une association de micro crédit avec essentiellement un accompagnement social. Elle a compris que ce n’est pas en donnant l’argent que l’on sort du sous-développement. Pour cela, elle aide les femmes marginalisées qui sont en situation de précarité.

Nous avons compris que si nous leur donnons de l’argent, nous devons les accompagner, nous devons voir ce qu’elles font avec cet argent ; il y a non seulement cet accompagnement mais ne fois que les femmes finissent de payer leur crédit, il y a une épargne qui leur est donnée qui varient de 10 à 15 mille francs selon comment la femme a remboursé“, précise Dr Fiadjo.

En 25 ans d’activité, Echoppe a touché près de cent mille personnes qui sont pour la plupart sorties de la marginalité.

Anderson AKUE

 

Related Topics
Auteur
Par
@
Related Posts

In The News

Association FRALOM

Association FRALOM

Catégories

Actu Video

météo
Mercredi
29° 25°
19 km/h
Humidité:86%
Niege:4600m.
Pression:1013mb
Jeudi
30° 25°
17 km/h
Humidité:85%
Niege:4700m.
Pression:1013mb
Vendredi
29° 25°
16 km/h
Humidité:85%
Niege:4700m.
Pression:1012mb
tiempo.com   +info

Association FRALOM

Association FRALOM

Catégories

Actu Video

météo
Mercredi
29° 25°
19 km/h
Humidité:86%
Niege:4600m.
Pression:1013mb
Jeudi
30° 25°
17 km/h
Humidité:85%
Niege:4700m.
Pression:1013mb
Vendredi
29° 25°
16 km/h
Humidité:85%
Niege:4700m.
Pression:1012mb
tiempo.com   +info

ECHOPPE-Togo et SODIGAZ célèbrent les mamans

29th mai, 2017

L’ONG Echange pour l’organisation et de la promotion des petits entrepreneurs (ECHOPPE) en collaboration avec la Société de distribution de gaz (SODIGAZ) a célébré la fête des mères ce dimanche à Lomé à travers une séance de sensibilisation de ses membres venus de Lomé-Commune et de Tsévié. C’est une occasion d’honorer les femmes pour leur implication dans la gestion du foyer et de la société.

Vêtues de T-shirt bleu ou blanc et de pagnes à l’effigie d’Echoppe, des centaines de femmes membre de l’ONG ont pris d’assaut la plage de Lomé en face de l’hôtel de la paix, site retenu pour la célébration de cette 5ème édition de la fête des mères qu’organise Echoppe. Placée sous le thème : “Engagement des femmes d’Echoppe pour la protection de l’environnement“, cette édition se veut être la continuité des actions et initiatives de l’édition précédente dont le slogan était ” Femmes d’Echoppe, femmes dynamiques, familles épanouies”.

Plusieurs raisons sont avancées du côté de l’organisation pour expliquer la célébration de la fête des mères. D’abord, les femmes constituent la population cible d’Echoppe ; ensuite elles sont  au centre des prises de décisions dans les foyers et dans la cité d’où il est primordial de les entretenir sur la sauvegarde l’environnement ; enfin elles sont des génitrices c’est-à-dire qu’elles donnent la vie.

La représentante de la ministre de l’Action Sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation Madame Claudine  OTIMI se réjouit de cette initiative qui vise à rendre la femme plus autonome et plus épanouie.

Précisons que cette initiative d’Echoppe-Togo a séduit SODIGAZ qui n’a pas hésité depuis plus de cinq ans à s’engager dans cette idylle dont la vocation est non seulement « une femme, une bouteille de gaz » mais aussi la protection de l’environnement.

Poursuivre les efforts enregistrés

La plupart des femmes membre d’Echoppe sont des transformatrices de nourritures. Pour y arriver, elles ont besoin d’une source d’énergie. Pendant longtemps, c’est le charbon et le bois de chauffe qu’elles utilisent pour se procurer cette énergie. Mais depuis ces deux dernières années, la tendance est en train de changer de façon exponentielle.

Aujourd’hui, elles n’utilisent plus du charbon de bois mais le gaz, une façon pour elles de contribuer à la protection de l’environnement. Selon Dr Moïse Fiadjo, président du conseil d’administration d’ECHOPPE, les femmes ont compris le message de l’année dernière, c’est pourquoi nous voulons accentuer la sensibilisation cette année pour les pousser à protéger davantage l’environnement, comment gérer les ordures ménagères, comment gérer leurs lieux d’habitation, comment entretenir les rigoles qui traversent les rues pour ne pas qu’elles se bouchent ? Et comment faire à ce que les populations puissent planter des arbres pour protéger l’environnement.

Pour lui, il est nécessaire de sauvegarder ces acquis et les étendre à d’autres femmes pour que la protection de l’environnement soit une préoccupation au sein de tous les ménages.

Des bonbonnes de gaz Sodigaz seront vendues à des tarifs promotionnels dans les agences d’ECHOPPE-Togo pour permettre à celles qui n’ont pas encore leur bouteille de s’en procurer et aux autres de faire le renouvèlement.

Echoppe Togo, social et autonomisation font bon ménage

Echoppe est une association de micro crédit avec essentiellement un accompagnement social. Elle a compris que ce n’est pas en donnant l’argent que l’on sort du sous-développement. Pour cela, elle aide les femmes marginalisées qui sont en situation de précarité.

Nous avons compris que si nous leur donnons de l’argent, nous devons les accompagner, nous devons voir ce qu’elles font avec cet argent ; il y a non seulement cet accompagnement mais ne fois que les femmes finissent de payer leur crédit, il y a une épargne qui leur est donnée qui varient de 10 à 15 mille francs selon comment la femme a remboursé“, précise Dr Fiadjo.

En 25 ans d’activité, Echoppe a touché près de cent mille personnes qui sont pour la plupart sorties de la marginalité.

Anderson AKUE

 

By
@
Aller à la barre d’outils
backtotop