La CNDH au chevet des victimes de violence à Sokodé

Soutenir moralement une personne en situation difficile apporte réconfort et développe le sentiment à cette personne qu’elle n’est pas abandonnée à elle-même. D’ailleurs cette solidarité humaine est enseignée dans les Saintes Ecritures. Dans la Bible, il est écrit “j’étais en prison, tu m’as visité ; j’étais malade, tu es venu à mon chevet, etc.” Ce soutien moral, la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) l’a apporté aux populations de Sokodé au lendemain de la marche du 19 août. Une marche organisée par le Parti national panafricain (PNP) de Tikpi Atchadam pour réclamer le retour à la Constitution de 1992 et le vote de la diaspora.

Une démarche conforme à son mandat

Conformément à son mandat de promotion, de protection et de défense des droits de l’homme, la CNDH se devait d’effectuer une mission à Sokodé et dans le Tchaoudjo. Ce qu’il a fait et cela mérite d’être salué.

Il n’est pas rare de constater que des institutions ou des structures ne prennent pas sur elles de satisfaire à leur cahier de charge surtout quand il s’agit des questions politiques pouvant affecter les intérêts des dirigeants.

La CNDH a le bénéfice de disposer d’une antenne à Sokodé. Un atout pour mener ses actions de d’éducation et de défense des droits humains. Présent à Sokodé pour une session de formation avec ses collaborateurs, le président de la CNDH a touché du doigt à la réalité des souffrances des populations et les atrocités qu’elles ont subies. Monsieur San-Dja Alilou CISSE sollicité par les populations d’une part et contraint de satisfaire une obligation professionnelle était au four et au moulin. Son téléphone était accessible pour tous et sonnait à tout moment même tard dans la nuit.

Devant certaines situations, il ne put rester indifférent. Il a fait jouer sa personnalité de président d’institution en interpelant certains responsables en charge de la sécurité pour que les violences à l’égard des paisibles citoyens cessent. A certains moments, son intervention a porté.

Ce qui est intéressant à relever dans la démarche de la CNDH, c’est qu’elle s’est approchée des blessés et des détenus non seulement pour recueillir leur version des faits mais aussi de les consoler et leur exprimer sa solidarité. Un signal fort qui a affecté la sensibilité de certains blessés.

Pour Mme Anne, actrice de la société la société civile vivant à Sokodé, l’intervention personnelle du président de la CNDH a contribué à la baisse de l’escalade de la violence. En précisant que le président était vraiment disponible ainsi que les autres membres de l’antenne de la CNDH.

La sagesse africaine recommande que la personne investie d’une mission doit la faire dans l’intérêt de ses compatriotes et surtout leur apporter un réconfort moral et psychologique lorsque la situation l’exige.

Rappel des faits du 19 août à Sokodé

Sokodé, ville située à 312 km au nord de Lomé a connu une marche le 19 août dernier à l’appel de Tikpi Atchadam, président du parti national panafricain (PNP). La marche pacifique du PNP visait au retour à la Constitution de 1992 et au vote de la diaspora.

La manifestation du PNP présentait beaucoup de risques. Le gouvernement a changé les itinéraires choisis par les organisateurs et annoncé que les manifestants n’allaient pas se regrouper pour une manifestation illégale. Ce que le PNP n’a pas accepté en maintenant son itinéraire.

A Sokodé, des milliers de militants et sympathisants du parti de Tikpi Atchadam se sont confrontés aux assauts des forces de l’ordre. La fumée des grenades lacrymogènes ne ralentit pas leur avancée.

Le bilan de la manifestation est lourd avec des pertes en vies humaines et des dégâts matériels importants. Un commissariat de police saccagé et brûlé, des voitures, motos ordinateurs et divers matériels brûlés ou emportés. Des morts et plusieurs blessés aussi bien dans les rangs des forces de l’ordre et de sécurité.

Anderson AKUE

Auteur
Par
@

In The News

Actu Video

météo
Mercredi
30° 25°
17 km/h
La pluie:1.1mm
Humidité:83%
Niege:4700m.
Pression:1010mb
Sunrise/Sunset
05:46h/17:35h

08:50h/20:55h
Jeudi
29° 24°
9 km/h
La pluie:4.3mm
Humidité:84%
Niege:4500m.
Pression:1010mb
Sunrise/Sunset
05:46h/17:35h

09:38h/21:43h
Vendredi
30° 24°
14 km/h
La pluie:1.6mm
Humidité:83%
Niege:4500m.
Pression:1010mb
Sunrise/Sunset
05:46h/17:35h

10:24h/22:31h
tiempo.com   +info

Actu Video

météo
Mercredi
30° 25°
17 km/h
La pluie:1.1mm
Humidité:83%
Niege:4700m.
Pression:1010mb
Sunrise/Sunset
05:46h/17:35h

08:50h/20:55h
Jeudi
29° 24°
9 km/h
La pluie:4.3mm
Humidité:84%
Niege:4500m.
Pression:1010mb
Sunrise/Sunset
05:46h/17:35h

09:38h/21:43h
Vendredi
30° 24°
14 km/h
La pluie:1.6mm
Humidité:83%
Niege:4500m.
Pression:1010mb
Sunrise/Sunset
05:46h/17:35h

10:24h/22:31h
tiempo.com   +info

La CNDH au chevet des victimes de violence à Sokodé

27th octobre, 2017

Soutenir moralement une personne en situation difficile apporte réconfort et développe le sentiment à cette personne qu’elle n’est pas abandonnée à elle-même. D’ailleurs cette solidarité humaine est enseignée dans les Saintes Ecritures. Dans la Bible, il est écrit “j’étais en prison, tu m’as visité ; j’étais malade, tu es venu à mon chevet, etc.” Ce soutien moral, la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) l’a apporté aux populations de Sokodé au lendemain de la marche du 19 août. Une marche organisée par le Parti national panafricain (PNP) de Tikpi Atchadam pour réclamer le retour à la Constitution de 1992 et le vote de la diaspora.

Une démarche conforme à son mandat

Conformément à son mandat de promotion, de protection et de défense des droits de l’homme, la CNDH se devait d’effectuer une mission à Sokodé et dans le Tchaoudjo. Ce qu’il a fait et cela mérite d’être salué.

Il n’est pas rare de constater que des institutions ou des structures ne prennent pas sur elles de satisfaire à leur cahier de charge surtout quand il s’agit des questions politiques pouvant affecter les intérêts des dirigeants.

La CNDH a le bénéfice de disposer d’une antenne à Sokodé. Un atout pour mener ses actions de d’éducation et de défense des droits humains. Présent à Sokodé pour une session de formation avec ses collaborateurs, le président de la CNDH a touché du doigt à la réalité des souffrances des populations et les atrocités qu’elles ont subies. Monsieur San-Dja Alilou CISSE sollicité par les populations d’une part et contraint de satisfaire une obligation professionnelle était au four et au moulin. Son téléphone était accessible pour tous et sonnait à tout moment même tard dans la nuit.

Devant certaines situations, il ne put rester indifférent. Il a fait jouer sa personnalité de président d’institution en interpelant certains responsables en charge de la sécurité pour que les violences à l’égard des paisibles citoyens cessent. A certains moments, son intervention a porté.

Ce qui est intéressant à relever dans la démarche de la CNDH, c’est qu’elle s’est approchée des blessés et des détenus non seulement pour recueillir leur version des faits mais aussi de les consoler et leur exprimer sa solidarité. Un signal fort qui a affecté la sensibilité de certains blessés.

Pour Mme Anne, actrice de la société la société civile vivant à Sokodé, l’intervention personnelle du président de la CNDH a contribué à la baisse de l’escalade de la violence. En précisant que le président était vraiment disponible ainsi que les autres membres de l’antenne de la CNDH.

La sagesse africaine recommande que la personne investie d’une mission doit la faire dans l’intérêt de ses compatriotes et surtout leur apporter un réconfort moral et psychologique lorsque la situation l’exige.

Rappel des faits du 19 août à Sokodé

Sokodé, ville située à 312 km au nord de Lomé a connu une marche le 19 août dernier à l’appel de Tikpi Atchadam, président du parti national panafricain (PNP). La marche pacifique du PNP visait au retour à la Constitution de 1992 et au vote de la diaspora.

La manifestation du PNP présentait beaucoup de risques. Le gouvernement a changé les itinéraires choisis par les organisateurs et annoncé que les manifestants n’allaient pas se regrouper pour une manifestation illégale. Ce que le PNP n’a pas accepté en maintenant son itinéraire.

A Sokodé, des milliers de militants et sympathisants du parti de Tikpi Atchadam se sont confrontés aux assauts des forces de l’ordre. La fumée des grenades lacrymogènes ne ralentit pas leur avancée.

Le bilan de la manifestation est lourd avec des pertes en vies humaines et des dégâts matériels importants. Un commissariat de police saccagé et brûlé, des voitures, motos ordinateurs et divers matériels brûlés ou emportés. Des morts et plusieurs blessés aussi bien dans les rangs des forces de l’ordre et de sécurité.

Anderson AKUE

By
@
Aller à la barre d’outils
backtotop