Agoènyivé pas hostile à la réparation

Les populations de la préfecture d’Agoènyivé ont accueilli favorablement ce mardi le message de la délégation du Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN). Ce message porte sur l’explication du processus de réparation et les conduites à tenir au moment venu.

La compréhension de la démarche du HCRRUN basée sur une approche inclusive exige la compréhension des concepts clés que sont la réparation, la justice transitionnelle, la culture de la paix et du pardon, et le processus en lui-même.  Ainsi, plusieurs acteurs de la société civile ayant une expérience avérée sont associés à la mission. Tour à tour, ils ont expliqué les concepts ci-dessus cités aux participants.

Selon Pasteur Aziatroga Emmanuel, cette démarche du HCRRUN est à saluer et montre la volonté des autorités à ramener l’esprit du vivre ensemble parmi les togolais. Indemnisé ou pas, quand nous allons nous exprimer nous serons libres, précise-t-il.

Un avis que partage Badagbon Ayao, prêtre sacrificateur à Sanguéra qui estime que l’indemnisation est une marque de compassion bien qu’elle ne pourra pas cicatriser les plaies causées par les violences. Pour lui, il faudrait que le HCRRUN se penche aussi vers les togolais vivants à l’extérieur pour que l’inclusion soit totale.

Le programme de réparations qui est enclenché n’exclut pas à certaines personnes de saisir la justice si elles l’estiment nécessaires.

Selon Mme Djariatou, commerçante à Agoè Zongo, seul le pardon et le désir de se donner la paix peuvent permettre aux togolais de prendre un nouveau départ en invitant les populations à adhérer au processus.

Un comité de paix composé de 14 membres a été mis en place pour continuer la mission du HCRRUN dans la préfecture.

En tout, cinq formes de réparations sont prévues : les restitutions, l’évaluation pécuniaire, la prise en charge psychologique et médicale, la recherche des disparus et l’ensemble des réformes institutionnelles qui garantissent la non-répétition.

Rappelons que la préfecture d’Agoè Nyivé compte les cantons de Sanguéra, Légbassito, Vakpossito, Togblékopé et Agoènyivé.

Anderson AKUE

Related Topics
Auteur
Par
@
Related Posts

In The News

Association FRALOM

Association FRALOM

Catégories

Actu Video

météo
Mercredi
27° 22°
20 km/h
Humidité:87%
Niege:4700m.
Pression:1012mb
Jeudi
27° 22°
20 km/h
Humidité:85%
Niege:4700m.
Pression:1012mb
Vendredi
28° 23°
19 km/h
Humidité:86%
Niege:4600m.
Pression:1012mb
tiempo.com   +info

Association FRALOM

Association FRALOM

Catégories

Actu Video

météo
Mercredi
27° 22°
20 km/h
Humidité:87%
Niege:4700m.
Pression:1012mb
Jeudi
27° 22°
20 km/h
Humidité:85%
Niege:4700m.
Pression:1012mb
Vendredi
28° 23°
19 km/h
Humidité:86%
Niege:4600m.
Pression:1012mb
tiempo.com   +info

Agoènyivé pas hostile à la réparation

23rd mai, 2017

Les populations de la préfecture d’Agoènyivé ont accueilli favorablement ce mardi le message de la délégation du Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN). Ce message porte sur l’explication du processus de réparation et les conduites à tenir au moment venu.

La compréhension de la démarche du HCRRUN basée sur une approche inclusive exige la compréhension des concepts clés que sont la réparation, la justice transitionnelle, la culture de la paix et du pardon, et le processus en lui-même.  Ainsi, plusieurs acteurs de la société civile ayant une expérience avérée sont associés à la mission. Tour à tour, ils ont expliqué les concepts ci-dessus cités aux participants.

Selon Pasteur Aziatroga Emmanuel, cette démarche du HCRRUN est à saluer et montre la volonté des autorités à ramener l’esprit du vivre ensemble parmi les togolais. Indemnisé ou pas, quand nous allons nous exprimer nous serons libres, précise-t-il.

Un avis que partage Badagbon Ayao, prêtre sacrificateur à Sanguéra qui estime que l’indemnisation est une marque de compassion bien qu’elle ne pourra pas cicatriser les plaies causées par les violences. Pour lui, il faudrait que le HCRRUN se penche aussi vers les togolais vivants à l’extérieur pour que l’inclusion soit totale.

Le programme de réparations qui est enclenché n’exclut pas à certaines personnes de saisir la justice si elles l’estiment nécessaires.

Selon Mme Djariatou, commerçante à Agoè Zongo, seul le pardon et le désir de se donner la paix peuvent permettre aux togolais de prendre un nouveau départ en invitant les populations à adhérer au processus.

Un comité de paix composé de 14 membres a été mis en place pour continuer la mission du HCRRUN dans la préfecture.

En tout, cinq formes de réparations sont prévues : les restitutions, l’évaluation pécuniaire, la prise en charge psychologique et médicale, la recherche des disparus et l’ensemble des réformes institutionnelles qui garantissent la non-répétition.

Rappelons que la préfecture d’Agoè Nyivé compte les cantons de Sanguéra, Légbassito, Vakpossito, Togblékopé et Agoènyivé.

Anderson AKUE

By
@
Aller à la barre d’outils
backtotop